Homeoffice-intermedio

L’avenir du Homeoffice post-pandémie

Le télé-travail est-il en passe de devenir la règle ?

De nos jours, de nombreuses personnes travaillent plus ou moins inévitablement à domicile. Dans les mois d’avril à mai 2020, il y en avait encore plus. Si tout le monde souhaite le retour rapide de la liberté et du quotidien insouciant, le bureau à domicile a révélé des avantages significatifs. Les émissions de CO2 ont été réduites de 17% au cours des mois d’avril et mai. Même les militants du climat n’auraient pas rêvé d’un tel effet. Nous, consommateurs, avons beaucoup économisé en renonçant à nos activités de loisirs habituelles et à des vacances coûteuses à l’étranger. On dit que les femmes consomment moins de produits cosmétiques et que beaucoup de personnes ont récemment pris l’habitude de prendre un petit-déjeuner copieux la maison. Même les animaux domestiques bénéficient de l’ omniprésence de leurs propriétaires. Compte tenu de ses avantages, on pourrait penser que le monde du travail évoluera vers une diffusion générale du home office après la pandémie. Cette attente est-elle vraiment fondée ?

Ce que pensent les dirigeants pensent du home office

Une question centrale qui préoccupe les managers est celle de la productivité. Beaucoup d’entre eux ont tendance à croire que les employés travaillant à domicile sont moins productifs. La méfiance à l’égard des personnes travaillant à domicile est même partagée par leurs collègues opérant das les locaux de l’entreprise. Pourtant, un projet de recherche américain réalisé en 2015 a révélé que le télé-travail augmente la productivité des personnes concernées de 13% en moyenne [1].  » Dans une enquête menée auprès d’employés suisses en juin 2020, 47% des personnes interrogées étaient d’accord avec l’affirmation selon laquelle ils ont tendance à travailler plus à la maison. Mais pour 28% des employés interrogés, le home office a rendu la communication plus difficile »[2]. La suspicion de certains managers selon laquelle leurs salariés auraient tendance à croiser les bras lorsqu’ils travaillent à domicile est donc loin d’être fondée. Ce n’est pas d’aujourd’hui que le home office fait partie de la marque employeur. Une entreprise américaine telle que GitLab par exemple a tout simplement renoncé aux bureaux et fait travailler ses équipes de vente, d’ingénierie, de marketing et de ressources humaines dans 60 pays différents à distance. Des pays comme l’Estonie et les Barbados ont même introduit un nouveau type de visa pour ouvrir la porte à des candidats étrangers [3]. Tata Consulting Services (TCS) utilise le concept SBWs, qui signifie Secure Borderless Worksplaces. D’après leur président,il est primordial d’engager des candidats dotés des bonnes compétences dans tous les projets, quel que soit leur lieu de résidence. Il utilise en conséquence l’expression de «talents sur le cloud» [4].

Quelques avantages du home office ou WFA

L’indépendance de la main-d’œuvre apporte des avantages importants aux employeurs. Vous pouvez choisir vos talents dans un réservoir littéralement illimité. Les demandeurs d’emploi pourraient souffrir de cette concurrence accrue, mais ils bénéficient également de la flexibilité de leur lieu de travail. Choisir son lieu de résidence en fonction de son budget ou simplement suivre le soleil est tentant. Vous pouvez certainement vivre sur la Riviera italienne et travailler pour une organisation basée en Suède. Ou changez encore et encore de lieu de résidence en fonction de votre humeur. On ne parle pas seulement de bureau à domicile mais de WFA, c’est-à-dire Travaillez de n’importe où. L’ère des soi-disant «nomades numériques» a commencé et est particulièrement fascinante pour la génération Y.

Le home office a aussi ses inconvénients

Cependant, travailler à domicile n’apporte pas seulement des avantages. Le travail à distance apporte même un nouveau niveau de complexité, principalement en termes de communication. Dans chaque équipe, une interaction constructive est cruciale pour réussir. Les lacunes de la communication dans les équipes distribuées ont de nombreux effets. Par exemple. Les membres de l’équipe ne se contentent pas de se lever, de tapoter l’épaule de leur collègue et de poser une question. Ainsi, l’échange quotidien de connaissances est inhibé. La communication soutient non seulement les discussions professionnelles quotidiennes, mais est essentielle pour les échanges sociaux. De nombreuses positions critiquent le fait que la distance a un effet négatif sur les relations interpersonnelles. Le sentiment d’appartenance est en train de disparaître. Mais les effets du conflit sont encore pires. En raison du manque de transparence, une affaire d’intimidation a des conséquences irréparables. La virtualité ne favorise guère les amitiés, mais suscite plutôt des sentiments de solitude. Il est donc compréhensible que certains managers aient des réserves sur le travail à domicile. Il ne s’agit pas de la productivité des employés en soi, mais plutôt d’un manque de proximité physique, en particulier lors de conversations sensibles. L’évaluation périodique des performances fait l’objet de telles discussions. Si les collaborateurs sont distants en permanence, et c’est le cas dans les équipes réparties à l’international, la question se pose de savoir si une évaluation objective est même possible.

L’analyse des personnes comme solution

À ce stade, les RH et les supérieurs hiérarchiques peuvent se rabattre sur des solutions numériques: ce que l’on appelle l’analyse des personnes. Le concept d’analyse de personnes consiste à analyser des données personnelles issues de diverses pratiques de topographie utilisant des méthodes de big data et d’intelligence artificielle comme le machine learning. «Les progrès technologiques et la mise à l’échelle des technologies de surveillance« traditionnelles »qui ont déjà eu lieu ouvrent des opportunités prometteuses pour les entreprises» [5]. Ainsi, des données sont collectées qui soutiennent la sélection des employés, la conception du lieu de travail, la gestion de la conformité, la fidélisation et le développement des employés ainsi que la gestion des performances. La méthode est basée sur l’analyse des e-mails et des appels téléphoniques ainsi que de l’ensemble du trafic des e-mails. En outre, des analyses d’humeur et d’écran sont effectuées et des données générées par des cartes d’identité électroniques et des systèmes de contrôle d’accès sont également utilisées. Cependant, ces procédures peuvent fortement évoquer l’image de «Big Brother vous regarde» dans la main-d’œuvre. Une question centrale se pose ici, à laquelle les responsables RH et les managers doivent répondre, en tenant compte des aspects éthiques et de la loi sur la protection des données: comment les processus d’analyse des personnes affectent-ils la confiance des salariés et la culture d’entreprise?

Prévisions post-pandémie pour le bureau à domicile

La question posée au début de savoir si les employeurs sont de plus en plus autorisés à travailler à domicile après la pandémie ne peut pas être résolue de manière générale. Il doit être résolu beaucoup plus par chaque organisation elle-même, en tenant compte de ses circonstances opérationnelles et culturelles. Néanmoins, certaines enquêtes menées en 2020, d’une part auprès des salariés et d’autre part, donnent des perspectives d’avenir. 79% des employés interrogés peuvent imaginer travailler au moins en partie au bureau à domicile après la pandémie. Outre les 27% qui n’autoriseront le bureau à domicile que sur demande, 40% des employeurs interrogés prévoient d’introduire le bureau à domicile comme partie fixe de leur charge de travail. Enfin, 12% des répondants ont l’intention de permettre une flexibilité totale entre le bureau à domicile et le travail sur site [6]. Ainsi, dans la période post-pandémique, on peut s’attendre à une utilisation plus large du bureau à domicile qu’avant la pandémie.

Conclusion

Portés par les progrès technologiques, les bureaux à domicile s’imposeront plus souvent comme lieu de travail alternatif ou complémentaire à l’avenir. Les individus et les équipes qui souhaitent profiter pleinement de ses avantages doivent adapter leurs méthodes de travail en conséquence. Une combinaison équilibrée de bureau à domicile et de lieu de travail sur place contrecarre les sentiments potentiels de solitude. La communication de votre part ne doit pas seulement être soutenue de manière optimale par la technologie, mais surtout doit être vécue avec une conscience accrue de la part de tous les acteurs de la vie quotidienne. La qualité du leadership, de la communication et de la coopération a une énorme influence sur la performance des individus et des équipes. C’est pourquoi il convient pour les managers, notamment en période difficile, d’aborder le développement de leurs équipes de manière active et situationnelle. En ce sens, l’adaptabilité et l’agilité sont plus que jamais demandées.

[1] P. Choudhury (2020). Our Work-from-Anywhere Future. In Harvard Business Review, S. 58-67.

[2] Quelle: Statista

[3] dito

[4] dit

[5] Weibel, A., Schafheitle, S. & Ebert, I. (2019). Goldgräberstimmung im Personalmanagement?. In Organisations-
entwicklung
Nr. 3, S. 23-29

[6] Quelle: Statista